top of page
Rechercher
  • Ad Valorem

Comment les chefs d'entreprises décident-ils?

Dernière mise à jour : 2 janv.

Quelle pilule prenez-vous, la bleue ou la rouge ?

Ces expressions sont issues de l’univers du film Matrix, dans lequel le chef rebelle Morpheus propose au héros Néo de choisir entre les deux pilules. L’une (la rouge) lui permet de sortir d’un enferment virtuel, et donc de se réveiller dans le réel. La bleue serait, au contraire, l’option réconfortante et illusoire.

Conflit des vérités ou des réalités !


Ce passage du film est souvent comparé à l’allégorie de la caverne de Platon avec des différences importantes :

  • Le prisonnier de la caverne fait le chemin de bas en haut, de l’obscurité à la lumière, la lumière étant le symbole de la connaissance du monde. C’est un choix car l’ancien prisonnier peut revenir dans la caverne, en homme libre qui préfère cette vérité.

  • Néo, lui, fait le chemin inverse, vers le centre de la Terre, de la lumière à l’obscurité dans laquelle vivent les résistants, la rébellion. C’est sa décision, car c’est un changement de paradigme qui n’autorise aucun retour en arrière.

Choisir ou Décider, est-ce la même chose?

Comme le suggère le philosophe Charles Pépin :

  • Choisir, c’est savoir avant d’agir.

  • Décider c’est agir avant même de tout savoir.


Le choix raisonne, la décision actionne. Choisir c’est écouter les arguments, les autres, le pour et le contre. Décider c’est s’écouter, soi, son désir. Choisir privilégie la raison. Décider fait de la place à l’émotion, et le pari de la liberté.


Non, la décision n’est pas fonction de l’information

« je ne savais pas », « nous n'avions pas l'information », « nous ne pouvions pas prévoir » ?


Pearl Harbour ; les attentats du 11 septembre 2001 ; le premier tour des élections présidentielles Françaises… les radars détectent une masse d’avions...; les services américains possédaient des informations qui auraient dû les alerter... ; les proches conseillers de Lionel Jospin avaient connaissance des sondages signant l’écart de leur candidat et Jean-Marie Le Pen…; ils possédaient l’information, mais ne voient rien venir.


Que font ressortir ces trois événements (et bien d'autres) ? Nos décisions ne sont pas déterminées par nos informations, l'information n'est pas essentielle dans la prise de décision.


Mais alors, comment les Dirigeants décident-ils ? (*)

On croit que la décision dépend de l'information ; d'où, le besoin de recueillir toujours plus d'informations, de rechercher I' "information pertinente", de disposer de celle-ci le plus rapidement possible... Cette croyance, elle aussi, aide le dirigeant à nier sa responsabilité. C'est le "modèle de la boîte transparente" : on croit que la décision est fonction de la réalité, qu'elle est déterminée par l'information que l'on recueille sur celle-ci ; nous parlons de "boîte transparente" car on suppose que la décision est indépendante du "décideur", que la personne qui décide est transparente.


La conception de la décision que nous proposons est visualisée par le « modèle de la boîte noire ». La décision dépend du décideur. Que fait la "boîte noire" ? Elle n'analyse pas la réalité, elle ne traite pas de l'information. Elle imagine. Comme tout être humain, le dirigeant d'entreprise est essentiellement un "créateur de réalité". C'est d'abord et surtout avec son imagination que le dirigeant dirige l'entreprise.


La théorie des possibles-impossibles (*)

Imagination : mot positif pour certains, négatif pour d'autres, notion ambiguë dans tous les cas. Aussi convient-il de la préciser. Imaginer, c'est se créer des "possibles", "impossibles", "non-impossibles".

  • Pour les personnes des services américains de renseignement, faire exploser des avions de ligne sur des tours et des bâtiments publics est un impossible.

  • Pour les Aztèques, il est possible que le Soleil ne se lève pas demain. D'où la nécessité de sacrifier des humains. Un possible est un événement qui peut se produire ou non.

  • Un non-impossible (un impossible couplé à une négation) est un événement tenu pour certain, inévitable, obligatoire : pour le monde, la personne, le groupe en question, il ne peut pas ne pas se produire.

Le dirigeant dirige l'entreprise avec sa "boîte noire" (très personnelle), avec son imagination, plus précisément avec ses possibles (P), impossibles (I), non -impossibles (NI), il crée la réalité du marché, du client, de la concurrence.


Si nous attendions toujours d’être sûrs pour agir, d’avoir les arguments justifiant que nous sommes en train d’effectuer le bon choix, nous n’agirions jamais.

"Le secret de l’action… c’est de s’y mettre" Descartes.


Et vous, en tant que Dirigeant, quel pilule prendriez-vous, la transparente ou la noire ?


(*) Sources : issue des travaux de recherche d’Andreu Solé



32 vues0 commentaire

Comments


bottom of page